Catégories
Actualités

Remise des lots du jeu-concours de la fête des mères à Bonsecours .

Remise des lots aux gagnants de l’opération commerciale « Fête des Mères » proposée en mai dernier par les commerces partenaires de Bonsecours, avec le soutien de la Municipalité et organisée par l’agence AVA Consult’Com.

La cérémonie a eu lieu en mairie, où les commerçants et les gagnants ont été accueillis par le Maire et des élus du Conseil Municipal, dans un climat très amical.

Ce moment convivial a donné l’occasion au Maire de féliciter les gagnants mais aussi de remercier les commerçants partenaires de l’opération et de saluer cette initiative qui permet de fédérer et dynamiser la Ville.

Félicitations aux gagnantes : Françoise Costa Matos qui a gagné le premier prix : une smartbox « 3 jours de rêves », Patricia Lavergne, Inès Kouacema, Andrée Moreau et Simone Louvet qui ont remporté chacune un chéquier d’une valeur de 100€ à dépenser chez les commerçants participants !

Rendez-vous à la rentrée scolaire pour une prochaine opération commerciale organisée par « ta ville bouge ! » de l’agence
AVA Consult’Com et avec le soutien de la Municipalité.

#animationcommerciale #fêtedesmères #commercedeproximité #conseil #stratégie

Catégories
Actualités

L’animation commerciale pour atteindre vos objectifs de chiffre.

Un point de vente ne doit pas se résumer uniquement à un lieu de vente mais s’envisager comme un point de rencontre et d’échanges avec les clients. S’ils choisissent d’entrer dans une boutique c’est parce qu’ils ont des attentes particulières. Si celles-ci ne sont pas satisfaites, les clients déçus se tourneront vers des concurrents.

L’animation commerciale a pour objectif de vous faire connaître, d’établir votre réputation, de booster le trafic de vos boutiques (en dur ou en ligne) pour accroître vos ventes et assurer la fidélisation de votre clientèle !

Trop souvent laissées de côté dans les commerces indépendants, les opérations commerciales sont pourtant indispensables pour sortir du lot et favoriser son commerce.

Objectif 1 :  Acquérir du passage

En proposant des actions commerciales ponctuelles, vous attirez immédiatement plus de trafic en magasin et dans votre boutique web.
Quel consommateur dirait NON à un produit offert pour un lot acheté ?
Pour que l’acquisition de trafic soit maximale sur vos différents canaux de vente, votre animation commerciale devra bien entendu s’appuyer sur différents relais de communication comme les réseaux sociaux, l’emailing, les SMS, les vitrines.

Objectif 2 :  Augmenter le panier moyen

Augmenter le panier moyen est un objectif permanent pour un commerçant.
Comment inciter les clients à ajouter des articles supplémentaires dans leur panier ?
Le merchandising croisé (cross-selling pour le e-commerce) est votre atout ! Pour rappel il s’agit de proposer un univers thématique complet afin de déclencher des ventes complémentaires sous l’effet de la séduction.

Cependant une vente flash, un coupon ou un jeu concours sous condition d’achat minimum remplissent également cet objectif.

Objectif 3 :  Favoriser l’achat d’impulsion

Animer régulièrement des boutiques physiques et virtuelles avec des actions éphémères optimise la conversion. Les visiteurs sont tentés de profiter immédiatement de vos nouvelles offres ou de prix exclusifs pendant une durée limitée.

Par exemple en ligne,  les enseignes discounter jouent la montre en proposant des offres limitées dans le temps avec un compte à rebours. Autre exemple, les grands magasins lancent régulièrement des opérations « Coup de Balai » de courte durée.  Le sentiment d’urgence fait vendre ! C’est certain.

Objectif 4 : Fidéliser les clients

Lorsque vous créez régulièrement des animations commerciales, vous incitez vos clients à revenir en boutique.
Ils attendront vos nouvelles offres, vos concours et vos opérations exceptionnelles avec impatience. Ils s’abonneront à votre newsletter, à votre blog, à vos réseaux sociaux… pour suivre vos offres.

Objectif 5 :  Faire du chiffre en période creuse

Les périodes creuses sont redoutables.

En fonction de votre secteur d’activité, ces périodes creuses sont variables. Post-soldes, vacances d’été, vacances d’hiver, vous constatez toujours la même chute. C’est à cet instant que l’animation commerciale entre en jeu !
Avec une offre 2 pour 1 ou des ventes confidentielles, vous pouvez dynamiser les ventes et même vous mettre à jour avec votre stock.

Objectif 6 :  Lancer un nouveau produit

Assurer la promotion d’un nouveau produit ou d’une nouvelle collection nécessite une stratégie de communication dédiée.
En effet, l’objectif est d’informer vos clients et prospects de ces nouveautés pour les encourager à l’acheter.
A nouveau, une animation commerciale vous assure un lancement de produit réussi, grâce à une offre exclusive de lancement pendant une durée limitée.

Objectif 7 :  Engager votre communauté

Vos fans sur les réseaux sociaux de votre boutique seront prêts à « aimer » les publications qui annoncent de bonnes nouvelles, à poser leurs questions en commentaire ou à partager vos bons plans avec leurs amis. Utilisez les différents réseaux sociaux pour « répandre » vos offres.

Les animations commerciales entrent dans cette ère nouvelle où tout évolue constamment. Les consommateurs veulent voir une boutique qui se renouvelle.

« Tavillebouge » de l’agence de conseil AVAConsult’Com propose des animations commerciales clés en main tout au long de l’année, contactez-nous!

« Ta ville bouge ! » de l’agence de conseil AVAConsult’Com
Catégories
Actualités

 A Bonsecours, les commerçants régalent pour la fête des mères !

Merci à l’echommerces de présenter AVA Consult’Com dans cet article, nouveau concept d’agence de conseil pour développer les commerces de proximité et les artisans .

#strategie #conseil #animationcommerciale #commercedeproximite #bonsecours

Catégories
Actualités

AVA Consult’Com la meilleure stratégie pour atteindre vos objectifs !

Après la validation d’un master en gestion d’entreprise avec une spécialisation en Design Thinking et une expérience de 10 ans dans les assurances, j’ai décidé de créer mon agence de conseil en stratégie. Ma dernière mission était de développer à distance un pôle commercial situé à Rabat (Maroc). Développer le chiffre d’affaires, contrôle de la conformité des ventes, de la satisfaction des clients, et gestion des formations. 

AVA Consult’Com est une agence de conseil en stratégie, avec comme mission le partage de connaissances, de compétences, accompagner les commerces de proximité et les artisans pour développer leur chiffre d’affaires.  Pourquoi me spécialiser auprès des commerces de proximité et des artisans ? Pour valoriser leur travail et les accompagner en leur apportant des solutions clés en main. En résumé mon métier est simple: j’analyse, je valorise, j’accompagne les commerçants et les artisans à développer leur entreprise. 

Il faut dans un premier temps se poser les bonnes questions:

  • Comment développer le trafic en boutique ? Les solutions: Des animations commerciales clés en main pour un commerce ou en collaboration avec plusieurs commerçants. Travailler en collaboration avec les mairies pour dynamiser une ville et soutenir le commerce local.
  • Comment optimiser son point de vente ? Les solutions: Présenter une belle vitrine, organiser son espace de vente, valoriser ses produits et services.
  • Comment faire connaitre son commerce ? Les solutions: En développant sa visibilité en ligne avec un site internet, un référencement adapté, des réseaux sociaux pour valoriser son activité. Développer la communication (Presse, radio, affichage, ou sur internet) et la création de supports print (carte de visite, brochure, flyer, dépliant, plaquette commerciale).

AVA Consult’Com vous propose des solutions clés en main en collaboration avec des experts pour développer votre chiffre d’affaires que vous soyez commerçant ou artisan.

Contactez-nous!

Catégories
Actualités

La fidélité, l’atout des indépendants !

La clientèle fidèle représente une réserve de chiffre d’affaires pour les commerçants. Pour la faire revenir, souvent et avec une envie d’achat décuplée, il n’y pas de mystère : il faut multiplier les opérations. Et pour se différencier des grands réseaux, les indépendants peuvent miser sur la personnalisation des relations. Et proposer un véritable programme de fidélité.

« Parfois je me demande si, réellement, la fidélité est un concept toujours d’actualité, s’interroge Michelle Collin. Les clientes sont à la recherche de la bonne affaire et internet les conforte dans cette démarche. » Et pourtant, la gérante de MC Boutik ne peut que reconnaître le succès de ses dernières campagnes de communication : « C’est vrai qu’avec le recul, quand j’analyse les temps forts de ma boutique, les pics de chiffre d’affaires coïncident presque systématiquement avec mes opérations commerciales, et je ne parle pas forcement de promotion », concède-t-elle.

Et pour cause, alors que la période n’est sans nul doute pas favorable aux commerçants, il est plus que jamais indispensable de se rappeler au bon souvenir de sa clientèle ! Comme l’expliquent tous les manuels de marketing, il est plus facile et moins coûteux d’essayer de faire (re)venir une personne qui a déjà apprécié votre offre qu’une autre qui ne vous connaît pas. Les grands réseaux l’ont bien compris : ils misent toujours davantage sur la fidélité. Ici, c’est une incroyable carte, vendue 30€, qui permet d’obtenir 50 % de remise permanente sur tous articles ! Là, c’est l’utilisation de supports nouveaux, comme les applications sur téléphones mobiles, les réseaux sociaux ou les dispositifs sans contact (NFC). Bien sûr, seuls les clients satisfaits sont susceptibles de devenir des fidèles d’une boutique. Mais les commerçants qui estiment que « bien faire leur métier » en soignant l’accueil, l’assortiment et le service suffit à fidéliser s’exposent à des déconvenues.

Pourtant les techniques de fidélisation sont nombreuses et ont fait leur preuve avec des retours concrets sur le chiffre d’affaires, et ce pour tout types de commerces (mode, restauration, coiffure…) Témoignages de commerçants et d’experts des quatre coins de la France, qui parviennent à tirer leur épingle du jeu en misant sur la force de la fidélisation client.

1) Les remises

Dans un classement publié dernièrement par l’Observatoire de la fidélité, les « remises directes en caisse » et les « euros cumulés sur une carte » arrivent en tête des avantages plébiscités par les clients. « Vous ne les ferez pas se déplacer s’il n’y a pas une offre, confirme un fleuriste installé à Orléans. Dans notre univers de concurrence, on est obligé de toucher un peu au prix… » À côté d’opérations commerciales ouvertes à tous, nombre de commerçants réservent donc des remises ponctuelles à leurs clients, prévenus par courrier, courriel ou SMS. Sous l’appellation « ventes privées », les modalités varient quelque peu. Chez MC Boutik, c’est une réduction de 20 % sur une sélection d’articles pendant une semaine. Le plus souvent, l’ensemble du magasin est concerné. L’arrivée des nouvelles collections donne l’occasion de proposer 10 % de réduction. Marie-Ange Chassagnac, de Septième taille à Tulle, réalise aussi un mailing pour la Fête des mères et à Noël. Elle propose 20 % de remise, mais seulement sur « l’article préféré ». D’autres opérations traduisent plutôt le souhait de liquider certains articles bien identifiés, avec des remises de 20 à 30 %, comme la « semaine de la maille »…

LES CARTES

Dans les réseaux, on les appelle plus volontiers « carte privilège » ou « club », peut-être parce que le mot fidélité renvoie aujourd’hui le client à l’idée d’une obligation plus que d’un avantage. Mais pour être compris de tous, c’est de « cartes de fidélité » dont il faut parler. Les indépendants sont nombreux à en proposer, avec une grande variété de formes et formules. Chez Septième taille, elle est en carton, avec (en toute logique) sept cases. Les sommes dépensées sont additionnées et donnent droit à 5 % de remise sur le même montant lors de l’achat suivant. « Les clientes apprécient d’avoir 50 ou 150 € pour s’acheter autre chose, même celles qui ont les moyens », indique Marie-Ange Chassagnac. Chez Carine Calbo, pas de carte physique, « afin d’éviter les oublis et l’accumulation de cartes dans les sacs à main » : c’est le logiciel de caisse qui se charge de retenir les chiffres.

LES CLIENTS VIP BÉNÉFICIENT PARFOIS D’UNE REMISE

Tous les 180 €, la boutique offre 10 % de remise. L’une des particularités de ces formules, c’est qu’elles n’incluent pas de limite dans le temps pour l’utilisation des « points » accumulés. Pour les clients, l’incitation à revenir plus vite qu’ils ne l’auraient fait sans la carte est donc faible, ce qui laisse entrevoir un effet d’aubaine. Mais, pour les indépendants, la marge de manœuvre est étroite : ne pas accorder de remise, c’est risquer d’apparaître comme pingre en comparaison avec les réseaux et grands magasins, et faire respecter des délais stricts d’utilisation des points, c’est se promettre des moments difficiles face aux clients en boutique…

JOUER COLLECTIF

Via leurs associations, les commerçants de nombreuses villes ont opté pour des cartes (à puce) de fidélité collective, gérées par des sociétés telles que CEV ou CEMAG. Chaque adhérent fixe le pourcentage de remise qu’il accorde à ses clients et crédite leur carte lors du passage en caisse. Le client peut alors utiliser son crédit chez lui ou chez un autre commerçant. Un achat au moins doit être effectué avec la carte tous les six mois (ou tous les ans), sous peine de perdre son avoir. Ces cartes donnent souvent droit à une durée gratuite de stationnement. « L’idée, au lancement de notre carte, il y a vingt ans, c’était de fidéliser sur la ville, car Montbéliard souffre d’une évasion commerciale importante vers les communes voisines » raconte Christian Monnier, gérant d’un concept store. Au niveau individuel, les opérateurs mettent en avant une augmentation du panier moyen et de la fréquence d’achat. Des animations autour de la carte peuvent être organisées et les adhérents ont accès au fichier des porteurs (8500 à Montbéliard) pour des mailings. Malgré cela, convaincre les commerçants d’adopter le système est difficile. À Montbéliard, la carte est acceptée dans 25 boutiques, soit un quart des commerçants de l’association. « Certains ont déjà leur propre carte ou sont franchisés, d’autres n’accordent pas de remise ou ont du mal à accepter que les remises puissent être utilisées ailleurs… », regrette Christian Monnier.

LE CAS DES VIP

Les clientes VIP bénéficient parfois de remises particulières. Chez Kenzo, à Lyon, Annik Chaoul organise des « soldes très privés », avant les ventes privées auxquelles sera conviée l’ensemble de la clientèle. « J’envoie une lettre manuscrite à mes cinquante meilleures clientes. Pendant 48 heures, elles bénéficient de 30% sur toute la boutique, sur présentation du carton à la caisse. Cela se fait dans la discrétion. » D’autres détaillants ont choisi, comme Michelle Collin ou Marie-Josée Tastet, d’offrir 10 % en permanence à leurs VIP (15 pour l’une, 25 pour l’autre). Une sorte de « carte de remerciement », tant il est difficile de savoir si, à ce niveau d’achat, cette remise pousse aux ventes…

2) Les cadeaux

L’inconvénient des remises, comme le note Carine Calbo, c’est qu’à les multiplier, « on ne vend plus d’article au prix normal ! » Les retours sont les mêmes dans le monde de la restauration, où nombre de commerçants ont décidé de ne plus travailler avec des entreprises de type LaFourchette ou Groupon, en raison de l’absence de véritable impact économique. « J’ai testé durant deux années, et ce fut à chaque fois très laborieux, se souvient un restaurateur niçois. Les clients qui venaient de ces sites ne commandaient que le strict minimum, et du coup il arrivait même parfois que l’on ne puisse pas accueillir nos clients fidèles ! »

Il existe pourtant une alternative : les cadeaux « physiques ». Jacqueline Mermoud, de Bleu Coquelicot à Sallanches, a tout misé dessus. « J’offre le petit collier, l’étole qui va aller avec le vêtement acheté. Avec les nouvelles clientes qui me prennent pour 150 ou 200€, c’est systématique, pour encourager à la fidélité. Avec mes clientes régulières, ce ne sera pas à chaque visite, mais le cadeau sera plus important. » Et de citer la réaction de l’une de ses clientes : « Il y a tellement longtemps qu’on ne m’avait pas fait un cadeau dans une boutique ! » Le budget ? Modeste, car beaucoup d’objets sont achetés auprès de grossistes, parfois à 1€ ou 1,50 € pièce. Mais Jacqueline Mermoud souligne l’importance de l’état d’esprit : « chez moi, c’est plus léger, plus sympathique, inattendu. Ce n’est pas une formule type ‘‘vous avez un cadeau de telle valeur si vous achetez pour tant’’… »

3) Le relationnel

Si, pour la fidélisation, les grandes enseignes développent autant leur programme de « marketing transactionnel » (basé sur des remises), c’est qu’elles ont le plus grand mal à faire du « marketing relationnel ». Difficile, en effet, de construire des relations personnelles avec ses clients lorsqu’on œuvre à la standardisation des points de vente, à l’accroissement de leur superficie et que l’on connaît une rotation importante des équipes. Et c’est une chance pour les indépendants !

RECONNAÎTRE

Quoi de plus agréable, pour un client, que d’être salué par son nom en entrant dans un commerce ? Bien sûr, aucun commerçant ne se souvient du nom de tous ses clients, mais au moins de ses meilleurs clients, une cinquantaine, une centaine peut-être. « Quand je suis en show-room et que je passe une commande, je me mets toujours en tête deux ou trois clientes en me demandant “à elle, est-ce que cela lui irait ?” » raconte Jacqueline Mermoud. « Je connais beaucoup de la vie de mes clientes, dit Marie-Josée Tastet. Parfois, on est là comme des psys. Et on peut passer un coup de téléphone simplement pour demander des nouvelles. »

INVITER

À côté des soldes, des ventes privées, les clients apprécient d’être invités par les magasins à des événements. Deux fois par an, Kenzo Lyon organise un défilé dans la boutique, avec un cocktail. « Cela nous fait bien travailler le jour même et les jours suivants » indique Annik Chaoul. Pour lancer la saison, Thierry Denis, du Vestiaire d’Uzès, propose des soirées à thèmes (gastronomie italienne, Haribo & Coca-cola…). « Il y a à manger et à boire, mais les gens achètent aussi ! Je me souviens d’une fois où j’avais réalisé plus de 3000 € de chiffre d’affaires, entre 18h30 et 21 heures ! Je propose une remise de 10 %. Les gens apprécient le geste, pas besoin d’en faire plus. »

REMERCIER

« En fin d’année, mes clientes VIP reçoivent une boîte de chocolats. Elles aiment beaucoup et en parlent autour d’elles » explique Carine Calbo. Marie-Josée Tastet est, elle, très attentive aux parrainages. «Récemment, j’ai écrit une lettre, à la main, avec un timbre de collection sur l’enveloppe, à une cliente pour la remercier de m’avoir envoyé l’une de ses amies, qui a fait 600€ d’achats. J’ai joint un bon d’achat correspondant à 10% de cette somme. Et deux jours après, cette cliente est venue et m’a pris pour presque 300 €. »

Catégories
Actualités

Les commerçants de Bonsecours vous proposent de gagner jusqu’à 500€ de cadeaux pour la fête des mères !

Avec le soutien de la ville de Bonsecours, les commerçants vous proposent de gagner jusqu’à 500€ de cadeaux !

3 jours de rêve à deux et des bons d’achat à dépenser auprès des commerces partenaires.

Pour tenter votre chance, remplissez un bon de participation à retrouver chez votre commerçant ou inscrivez-vous sur le site https://www.mavillebouge.fr/bonsecours/

Retrouvez la liste des commerces partenaires du jeu sur notre site.

Faîtes vos achats pour la fête des mères en soutenant le commerce local.

AVA Consult’Com vous accompagne pour développer le trafic en boutique avec des animations commerciales clés en main.
Contactez-nous !

#animationcommerciale #commercedeproximité #fêtedesmères

Catégories
Actualités

Faîtes vos achats en soutenant le commerce local !

A l’heure où l’on parle aussi de solidarité, de relocalisation, il est peut-être temps de faire un geste simple : soutenir nos artisans et nos commerçants qui ont besoin de vous « pour tenir », d’autant que nous avons aussi besoin d’eux, pour offrir des débouchés à nos producteurs locaux et à nos créateurs (mode, déco, design, …).

Se rendre régulièrement chez vos commerçants et artisans, c’est aussi le moyen de conserver une vie sociale dans nos quartiers et nos centres-villes. Et, ne l’oublions pas, cela participe aussi aux recettes de notre budget national à travers le paiement des différentes charges, dont s’exonèrent certaines grandes enseignes, ainsi que les géants du Net.

Consommez différemment, mais localement et redécouvrez les savoir-faire et la diversité des métiers exercés par les indépendants. Acheter localement chez un indépendant ne se résume pas à acquérir un article en un clic. Consommer chez vos commerçants et artisans, c’est bénéficier d’un savoir-faire et de compétences qui vont vous conduire à acheter le bon produit, ou à bénéficier du service qui correspond vraiment à vos besoins, et ce à un prix honnête.

Ainsi, vous ne trouverez pas de fausses promotions racoleuses chez un commerçant qui exerce son métier avec passion, pour la simple raison qu’il connait le juste prix de ses produits et qu’il respecte ses clients.

Enfin, en fréquentant plus souvent des indépendants, vous allez profiter aussi de vrais échanges humains, et cela, ça n’a tout simplement pas de prix.

AVA Consult’Com accompagne les commerces de proximité pour développer le trafic en boutique, des solutions existent contactez-nous!

Catégories
Actualités

10 bonnes pratiques pour améliorer le référencement de votre commerce

A l’heure où le consommateur se renseigne de plus en plus en ligne avant de se déplacer en magasin, apparaître dans les premiers résultats de recherche sur Google est très intéressant pour tout commerçant. Découvrez dans cet article 10 bonnes pratiques pour améliorer le référencement de votre commerce.

Sur Google, le référencement est sans contexte le nerf de la guerre. La bataille pour les premières places est particulièrement féroce, et pour cause, vous aurez 10 fois plus de chances d’être consulté par les internautes si votre site apparaît dans les trois premières positions, que s’il se situe au-delà de la sixième position. Dans ce contexte, améliorer le référencement de votre commerce est une tâche primordiale, d’autant plus que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se renseigner sur le net avant de faire le déplacement en point de vente. Nous avons recensé dans cet article 10 bonnes pratiques assez simple à mettre en place.

1) Un site rapide et responsive

Dans un souci d’apporter la meilleure expérience possible aux internautes, Google favorise les sites avec un temps de chargement rapide. Petite astuce, pensez à réduire au plus possible la taille de vos images pour accélérer le chargement de vos pages. Au même titre, veillez à ce que votre site soit responsive, c’est-à-dire que le confort de lecture soit le même sur ordinateur, tablette ou même depuis un smartphone.

2) Des mots-clés travaillés

En référencement, les mots-clés sont les sujets qui vont définir les thèmes de votre site web. Ceux que vous choisirez détermineront ainsi la cible de clientèle que vous recherchez à atteindre, d’où la nécessité d’y accorder un certain temps. Pour ce faire, réfléchissez aux mots-clés que pourrez taper vos clients sur Google et classez les par ordre d’importance. Pour vous épauler dans cette tâche, vous pouvez utiliser des outils reconnus tels que SEMRush, Keywordtool.io ou encore Google Keyword Tool. Quoi qu’il en soit, vous devez absolument être positionné sur les mots-clés définissant votre secteur d’activité, dans votre zone géographique. Basique !

3) Une page Google My Business

C’est une évidence, et pourtant encore beaucoup de commerçants ne sont pas familier avec l’importance de posséder une page Google My Business. Même si vous n’avez pas de site internet adossé à votre activité, la page Google My Business est essentielle pour améliorer le référencement de votre commerce dans la mesure où, déjà, elle permet de localiser votre point de vente sur Google Map, le GPS de tout smartphone ! Vous pouvez également y renseigner vos horaires d’ouverture et de fermeture, vos coordonnées, et même certaines informations clés concernant votre commerce (produits et marques phares que vous commercialisez, ou même vos plats à la carte pour un restaurant). Le tout en quelques clics et abordable même pour les plus novices.

4) Une page Facebook et un compte Instagram

Là encore, c’est le minimum requis pour tout commerçant. A l’heure où les Français passent de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux, et notamment sur Facebook et Instagram, ouvrir un compte sur ces deux plateformes est indispensable. Mais il est tout aussi important de s’en occuper, en publiant si possible au moins une fois par semaine, les publications Facebook et Instagram pouvant être dupliquées facilement. D’autant plus que lorsque l’on y accorde du temps, les résultats sont au rendez-vous, comme l’atteste notre grande enquête sur le sujet.

5) Du contenu de qualité

L’objectif principal de Google est de délivrer la meilleure information possible à l’internaute. Dans cette optique, la qualité du contenu proposé sur votre site est pris en compte lors de l’établissement du classement de Google. Pour ce faire, l’algorithme du moteur de recherche prendra en considération la qualité des backlinks pointant vers votre site ou vers une page en particulier. Plus ils seront nombreux, plus cela signifiera que votre contenu semble pertinent. D’où l’intérêt par exemple de demander à vos fournisseurs de mettre un lien sur leur site renvoyant vers votre propre site internet.

6) Un site en HTPPS

La migration de votre site au format HTPPS est désormais prise en compte dans l’établissement du classement de Google. C’est d’autant plus important que cela permet aussi de garantir la sécurité de vos utilisateurs ainsi que des données que vous échangez.

7) Du contenu original

C’est une chose à savoir, l’algorithme de Google désapprouve le contenu dupliqué. Si bien que si deux pages de deux sites distincts relatent le même contenu, il n’en référencera seulement qu’une des deux. Veillez donc, par exemple, à ne pas dupliquer mots pour mots les fiches produits déjà établies par vos fournisseurs.

8) Des liens internes pour chacune de vos pages

Le maillage interne consiste à renvoyer l’internaute vers d’autres pages de votre site en rapport avec le sujet initial de la page. Une pratique d’autant plus indispensable qu’elle est très facile à mettre en place et donne l’opportunité au lecteur de parcourir d’autres contenus présents sur votre site.

9) Rédiger des méta descriptions

La meta description correspond au texte qui se trouve en-dessous du titre de la page dans Google. Il est donc primordial de prendre le temps d’en rédiger une pour chaque page, le tout en moins de 156 caractères. Le mot-clé ou l’expression-clé définit pour cette page devra bien entendu y figurer.

10) Se former pour améliorer le référencement de son commerce

Si toutes les pratiques énoncées précédemment doivent absolument être adoptées le plus rapidement possible, elles ne peuvent suffire à elles-seules. Pour améliorer le référencement de votre point de vente, il faut y consacrer du temps, et cela requiert également certaines compétences. D’où la nécessité de se former auprès de professionnels du référencement, d’autant plus que cela pourra pris en charge par le budget formation auquel vous cotisez chaque année. Commerçants, il est temps de passer à l’action !

AVA Consult’Com vous propose de vous accompagner, contactez-nous!